Chargement... loading..

Bande de femmes est un webreportage présentant l’évolution de l’image de la femme des années 1920 à aujourd’hui à travers des interventions de spécialistes.

fleche indicative pour scroller

Partenaire :

bannière TheLesbianGeek

1920 - 1940

Avant 1940, les comics à l’attention du public féminin (très important à l’époque) mettent en scène des femmes entreprenantes, qui cherchent à gagner leur vie. Cela reflète une partie du féminisme d’une époque où les femmes se sont vues attribuer le droit de vote définitivement aux Etats-Unis en 1920.

sheena

1940 - 1950

Les années 1940 voient l’apparition des premières “supers-héroïnes” : des femmes riches à l’identité secrète qui combattent le crime certaines de ces héroïnes sont le penchant féminin des héros masculins (Hawkman devient Hawkgirl par ex.) ou bien qui défendent les Etats-Unis en cette période de guerre (Wonder Woman ou Miss America par exemple). A l’opposé, certaines héroïnes mettent en scène des femmes de milieux populaires, appelées Glamorous GIrls, comme Phantom Lady, créee par Will Eisner.

Les Romance Comics voient aussi le jour durant cette période (surtout après la guerre). Ici, il est plus question de recherche de l’amour, de désir. Les femmes ne sont plus mises en avant pour leur courage ou leur intelligence mais pour leur beauté. Cependant cette mouvance s’atténuera dans les années 1950 à cause de l’exposition trop importante du corps des femmes dans ces comics.

1950 - 1960

Durant la décennie 1950-60, beaucoup de personnages féminins dans les comics se sont vus cantonner à des rôles secondaires, de soutien : les éditeurs préfèrent laisser la tâche de super-héros aux hommes, par analogie de l’homme qui travaille et de la femme qui reste à la maison. Nous avons par exemple Batwoman pour Batman (Batwoman “aide” Batman, contrairement à Catwoman) ou encore Lois Lane pour Superman, qui endosse principalement le rôle de petite amie de Superman.

Ces femmes sont généralement ridicule en comparaison avec les hommes et dépeintes comme écervelées (notamment Lois Lane). Dans l’ensemble, l’image des femmes est peu reluisante durant ces années.

1960 - 1970

Dans les années 1960, les groupes de super-héros apparaissent dans les comics. Et comme durant la décennie précédente, les femmes ont majoritairement un rôle de soutien dans ces groupes dû à leurs pouvoirs souvent plus faibles ou moins portés au combat. On peut citer notamment Invisible Girl des Fantastic Four ou Marvel Girl des X-Men.

Cependant, à la fin de la décennie, l’éditeur DC décide de changer cette vision de la femme et met en scène des héroïnes plus humaines, sans super-pouvoirs, mais avec une force de caractère plus importante et un attachement au travail et à l’indépendance vis-à-vis de leurs alter-egos masculins (on peut citer Wonder Woman, qui devient alors Diana Prince, sans pouvoirs mais adepte d’arts martiaux).

1970 - 1980

De grands changements ont lieu durant cette décennie. Premièrement, les costumes féminins sont résolument plus osés et aguicheurs, sans doute une conséquence de la libération sexuelle de la fin des années 60 (l’exemple de Vampirella est notable). Le féminisme dans les comics des années 1970 est souvent très agressif, il y est question de vengeance des femmes sur les hommes et de domination par la violence (on retiendra Valkyrie ou les Femizons chez Marvel).

Autre phénomène de cette époque, l’apparition de la question de la diversité dans les comics. Ce phénomène est parallèle au mouvement de la Blaxploitation au cinéma. La super-héroïne Storm symbolize particulièrement la mise en avant des afro-americains. On peut retenir que les comics prennent dans les années 1970 une dimension plus sérieuse et sombre, et s’ouvrent à une clientèle plus agée et non plus limitée aux enfants.

1980 - 1990

L’aspect sombre des comics s’accentue à partir des années 1980, avec des personnages à l’histoire torturée (meurtre des parents, trahison) et vivant des histoires tragiques : Elektra de la série Daredevil et Barbara Gordon (Batgirl, qui devient Oracle) sont des exemples de ce genre de personnages.

En revanche, au même moment, des comics à l’aspect plus humoristique sont publiés par Marvel (On pense notamment à She-Hulk, cousine de Hulk). Les codes d’écriture sont ici détournés : rupture du quatrième mur, personnage qui “sort” du papier, dialogue entre les personnages et l’auteur, parodies d’évènements réels. Cependant, ces comics gardent un fond sérieux avec une vision de la femme qui cherche à réussir sa vie.

1990 - 2000

Les années 90 marquent l’arrivée d’un nouveau genre d’héroïnes, appelées Babes ou Bad Girls et d’un nouvel éditeur, Image. Ici il est surtout question de femmes au physique de déesses hypersexualisées au détriment du scénario et de la profondeur psychologique, élément pourtant important lors de la décénnie précédente.

2000 - Aujourd'hui

Dans les années 2000, l’influence de la pop culture se fait sentir dans les comics (inspiration dans les stars de la pop des années 2000). De plus, on voit aussi des références à la situation de beaucoup de femmes aujourd’hui : des femmes élevant seules leurs enfants tout en devant alterner et conjuguer leur travail et leur vie héroïque (comme Kate Spencer et Jessica Jones). Enfin, les éditeurs indépendants donnent de plus en plus de place aux personnages féminins, avec des rôles de plus en plus diversifiés.

Inscrivez-vous à la newsletter !